REFERAT FRANCEZA: INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS EN ROUMANIE

Incarcat la data: 23 Mai 2008

Autor: cornel sandulescu

Pret: 50 credite

INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS EN ROUMANIE Les investissements directs trangers en Roumanie 1.Notions gnrales des investissements directs trangers 1.1.Les formes des investissements directs trangers 1.2.Les investissements directs trangers se ralisent par trois modalits 2. Les socits transnationales 2.1. Les caractristiques des PME 2.2. Les formes des STN 3.Les investissements directs trangers en Roumanie et leur attractivit Les investissements directs trangers en Roumanie Dans un premier temps nous aborderons le concept d`investissement direct trangers, avant d`aborder celui des socits transnationales, qui ralisent ces investissements, puis nous parlerons de la place de ces IDE dans l`conomie roumaine. 1.Notions gnrales des investissements directs trangers Le phnomene de la mondialisation est bas sur les changes entre les divers acteurs conomiques qui dpassent les frontieres nationales. Ces changes sont le fruit des entreprises qui largissent les espaces de production et de commercialisation de leurs biens et services, pour accrotre leurs capitaux. L`ouverture des conomies est base sur l`intgration a des systemes productifs dans la division internationale du travail, la tendance tant que chaque tape du processus de production soit ralise dans les pays qui offre le meilleur environnement en terme de cout de production et comptences de la main d`ouvre. La notion d`investissement reprsente des dpenses effectues par des individus (personnes physiques), des entreprises (socits qui acquierent des droits de proprit pour un capital existant) ou des entits publiques qui ont pour but l`augmentation de leur capital, et reprsente une condition ncessaire au dveloppement et a la croissance conomique. Quand les investissements ne sont pas financs par les efforts propres de l`agent conomique, celui-ci peut etre soutenu par les conomies des autres acteurs, donc au niveau mondial l`augmentation de la formation du capital peut etre financ par une rallocation du revenu dans le cadre du march mondial, par des capitaux privs ou gouvernementaux. Le concept d`investissements directs trangers (IDE) rpresente un engagement de capitaux a long terme par lequel un investisseur bas dans un pays (investisseur tranger direct ou socit mere) exerce des activits durables (comme acheter des parts de capitaux d`une entreprise etc.) dans un pays tranger avec l'intention de les grer. Cette participation doit etre suprieure a 10% pour qu`on considere qu`on a affaire a un IDE. 1.1.Les formes des investissements directs trangers : -Fonds propres - ensemble des capitaux appartenant a l'entreprise (capital actions, rserves) et qui ne sont pas emprunts. -Les revenus rinvestis -Les prets intragroupes L'ouverture des conomies nationales dans le cadre de la libralisation des changes se traduit par une dcentralisation de l`tat, et donc - une perte du pouvoir de celui-ci. Est ce que l`internationalisation des entreprises reprsente un facteur bnfique pour l`conomie d`un pays - D`une part oui car elle gnere du capital tranger et pousse les exportations, mais d`autre part la dlocalisation pose des problemes tels que le chmage dans le pays d`origine des IDE. Que fait-on avec le pouvoir de l`tat - De plus en plus de socits publiques, notamment dans des secteurs stratgiques comme l`nergie sont en voie de privatisation, comme c`est le cas dans les PECO. Le sujet fait la une de beaucoup de dbats en France et dans le monde entier, mais pour l`instant on ne peut pas donner un avis tres clair sur l`autonomie des conomies nationales. Les principaux bnficiaires d`investissements directs sont les pays en voie de dveloppement a cause des structures conomiques qui permettent aux socits trangeres de gnrer plus de profit grce aux couts de production moins levs. Ainsi, au niveau mondial entre 1980 et 1999, la part des IDE dans le PIB est passe de 6% a 17,3 %, de 4,7 % a 14,5 % pour les pays dvelopps et de 10,2 % a 28 % pour les pays en dveloppement. Donc on remarque une croissance de 17,8% dans les pays en voie de dveloppement contre 10,2% pour les pays dvelopps. La part des IDE dans le PIB des pays en voie de dveloppement est de presque un tiers. Cette croissance s`est moins manifeste pendant les annes 80 a cause des politiques restrictives du communisme, mais apres la chute du Mur du Berlin (annes 90) on a connu une hausse du flux d`investissement tranger vers ces pays. Pour la seule priode 1994 - 1999, 31,1 % des flux d`IDE sont alls vers les pays en voie de dveloppement (PED), contre 24,6 % pendant les cinq annes prcdentes. Par contre, l`Afrique, dans son ensemble, a reu a peine 1,3 %, soit moins qu`entre 1988 et 1993 (1,8 %). Pendant l`anne 2003 les investissements trangers ont baiss drastiquement a cause des tensions politiques et conomiques au niveau international qui ont cre un environnement de risque pour les investisseurs, et ceux-ci ont prfr consolider leurs acquisitions plutt que d`en effectuer de nouvelles. Ainsi, selon une tude publie par l`OCDE en 2004 les investissements directs trangers sur le plan mondial ont diminu de 28% en 2003, pour arriver a 384 milliards USD contre 535 milliards en 2002 et 662 milliards en 2001. Pendant l`anne 2003, la Chine a dpass les USA en terme d`IDE de provenance des pays de l`OCDE et du reste du monde avec 53 milliards USD contre 40 milliards USD. Pour l`Europe, les entres d`IDE ont diminu de 23 %, a un degr variable selon le pays : -En France les entreprises trangeres y ont investi 47 milliards USD, trois fois plus qu`en Allemagne et qu`au Royaume Uni ; -Les investissements directs trangers au Royaume-Uni ont quasiment diminu de moiti en 2003 - les entres n`ont atteint que 14.6 milliards USD, contre 27.8 milliards en 2002 ; -Les entres d`IDE en Allemagne ont chut de 64% a 12 milliards USD, contre 45 milliards en 2002. -En Europe Centrale les IDE ont connu une baisse spectaculaire. En Rpublique de Slovaquie, les IDE ont chut de 85 % pour revenir a 0.6 milliard USD en 2003, contre 4.1 milliards en 2002. En Rpublique Tcheque la baisse a t de 70 %, les entres d`IDE passant de 8.5 milliards USD en 2002 a 2.6 milliards. Ces baisses tiennent en partie aux projets d`investissements en 2002 dans l`industrie de l`automobile en Rpublique slovaque et dans l`industrie de l`nergie en Rpublique tcheque. 1.2. Les investissements directs trangers se ralisent par trois modalits : a)les fusions - c'est-a-dire une union entre deux socits qui donnent naissance a une nouvelle entit qui acquiert l'actif et prend en charge le passif des entreprises regroupes, soit a l'absorption d'une ou plusieurs entreprises par une entreprise existante. b)acquisitions - bases sur des dpenses effectue par une socit en vue d'acqurir, de construire, de dvelopper, de mettre en valeur ou d'amliorer une immobilisation qui lui procurera des avantages au cours d'un certain nombre d'exercices c)implantations directes sur les principaux marchs internationaux. Les principaux acteurs des changes internationaux et en meme temps, le moteur des IDE sont les socits transnationales (STN). Le dveloppement des socits transnationales est bas sur les effets conjugus de plusieurs facteurs comme : - La libralisation de l`conomie mondiale : le terme de libralisation dsigne ici l`ouverture croissante des marchs nationaux et l`autorisation de tous les types d`IDE . - La rapidit des progres techniques : cette acclration se traduisant pour les entreprises par une augmentation gnrale des risques et des couts, il devient vital pour celles-ci de pouvoir vendre sur tous les marchs du monde afin de mieux rpartir ces risques et ces couts. - L`intensification de la concurrence : (qui repose en partie sur la combinaison des deux autres phnomenes) les entreprises sont a la recherche d`une plus grande efficience de leurs systemes productifs ce qui les poussent a investir de nouveaux marchs trangers et a dlocaliser une partie de leurs activits afin de rduire leurs couts de production. 2.Les socits transnationales Les socits transnationales (STN) qui depuis plusieurs annes se sont dveloppes et tendues dans le monde entier, reprsentent le principal lment des investissements directs trangers. Le rle de ces entreprises est tres important car elles reprsentent le moteur des changes au niveau mondial a cot des tats. Les STN exercent une activit qui dpasse les espaces nationaux a travers des transactions internes qui sont dtermines selon leurs intrets fiscaux et financiers. Les transactions internationales et les productions de bien et de services reposent de plus en plus sur l`appui de ces gants qui, en 2002 dtenaient environ 850.000 filiales trangeres rparties sur l`ensemble du globe et qui contrlaient environ 10% du PIB mondial. Le nombre de ces socits tait de 65 000 en 2002 et aujourd`hui il a augment. Ces entreprises fonctionnent avec des fonds importants et avec un effectif d`employeurs nettement suprieur a ceux des petites et moyennes entreprises (PME). 2.1. Les caractristiques des PME : -en gnral fonctionnent avec moins de 500 employs, -l`effectif suprieur ne doit pas dpasser 25 millions de dollars -son capital ne doit pas etre dtenu de plus de 25% par une entreprise de plus grande importance. La rpartition des petites et moyennes entreprises : -les petites entreprises - regroupent entre 5 et 50 salaris -les moyennes entreprises - regroupent un maximum de 500 salaris. Donc, la diffrence entre les PME et les socits transnationales est tres importante du point de vue du capital dtenu, des participations et du nombre des salaris. En ce qui concerne les transactions effectues par les STN a l`chelle des pays, celles-ci prsentent des avantages et des dsavantages. Pour des conomies nationales comme celles des pays en voie de dveloppement l`apport du savoir faire, des technologies nouvelles, sont des avantages incontestables. De plus ces socits contribuent a augmenter les exportations de ces tats, en exportant les biens produits vers leurs pays d`origine ou autre. 2.2. Les formes des STN : -l'entreprise internationale, dans laquelle les oprations internationales sont dcides au niveau de la direction et qui est dispose a envisager toutes les stratgies possibles en vue de la pntration des marchs internationaux (jusqu'a l'investissement direct). -l'entreprise multinationale ou plurinationale, dont les oprations a l'tranger sont a galit avec les oprations nationales et dont la direction est prete a rpartir les ressources sans se soucier des frontieres nationales pour atteindre ses objectifs, mais dont les dcisions restent soumises a des influences nationales. -l'entreprise transnationale, qui est possde et gre par des personnes d'origine nationales diffrentes. -l'entreprise supranationale, entreprise transnationale juridiquement dnationalise et cre par un organisme international. Les caractristiques des socits multinationales : -capital-actions rparti entre deux ou plusieurs pays -dirigeants de nationalits diverses -production dans de nombreux pays - financement des investissements en mettant a profit les taux d'intrets sur les divers marchs nationaux et internationaux Entre 1982 et aujourd`hui les socits transnationales n`ont cess d`augmenter leurs acquisitions a l`international. Le nombre des filiales s`est lev de 145% durant cette priode, et le chiffre d`affaire des filiales trangeres est pass de 2737 milliards de dollars en 1982 a 17685 milliards de dollars en 2002, soit un taux de croissance de 546%. Pendant la meme priode, les actifs des filiales sont passs de 2 091 milliards de dollars en 1982, a 26 543 milliards dollars en 2002, soit une augmentation de 1269%, tandis que le PIB au niveau mondial a augment de 198%. Les principaux pays concerns par les fusions et acquisitions dans le monde restent les pays dvelopps comme les USA ou le solde des investissements entrants par rapport a ceux sortants est ngatif (-44 milliards dollars en 2001), ce qui exprime un volume des transactions entrant infrieur a celui sortant du pays. Il en est de meme au Royaume-Uni avec un solde de -35 milliards de dollars en 2001, ou bien en Allemagne ou pour la meme anne on a eu un solde de -5 milliards dollars. Ce n`est par contre pas le cas de la France a cause du nombre peu lev de fusions. 3.les IDE en Roumanie et leur attractivit Apres la chute du communisme en 1989, l'tat roumain a commenc a introduire des rformes dans tout le systeme politique et conomique pour arriver a une conomie du march. Du point de vue politique, il y a eu des nouvelles normes et codes juridiques qui ont t mis en place pour essayer de donner une certaine transparence au systeme roumain pour que l'environnement des affaires commerciales soit le plus quilibr et stimulant possible, et du point de vue conomique, on a vu se mettre en place des nouvelle politiques conomiques pour stimuler les changes commerciales. Pendant les dix premiers annes, la transition a entran des crises profondes politiques, conomiques et sociales, et a partir de l'anne 2000 on a vu un changement positif de l'volution du pays. En 2000 l`conomie de la Roumanie a connu la plus rapide croissance en Europe Centrale et de l`Est, avec une croissance du PIB de 4,9% a la fin 2003. Ce redressement apres 3 annes de rcession est du a une forte demande intrieure et une solide croissance des exportations. Des 1991 la lgislation Roumaine a entrepris d`attirer le capital tranger, en adaptant plusieurs fois, le cadre lgislatif en vue d`offrir les conditions les plus avantageuses aux investisseurs trangers, et en lanant des projets d`investissement en Roumanie. La lgislation roumaine encadre au plan national les investisseurs trangers souhaitant s`implanter en Roumanie, en donnant la possibilit de grer des socits en tant que patron de plein droit, en autorisant a rapatrier le capital et les profits, et en garantissant une protection contre l`expropriation et la nationalisation. Au mois de juillet 2001, la loi 332 sur la promotion des investissements directs a t adopte. Elle concerne les investissements ayant une valeur suprieure a 1 million de USD. Ceux-ci bnficient jusqu`a la fin 2006 de nombreux avantages : dduction fiscale de 20% de la valeur des nouveaux investissements, report des pertes fiscales sur le bnfices imposables sur les 5 annes suivantes, possibilit de rduction ou d`exemption de taxes foncieres etc. Entre octobre 2001 et janvier 2004, les Agences du Dveloppement Rgional ont recens 257 investissement de plus de 1 million d`USD totalisant la somme de 2,283 milliards d`USD sur cette priode, avec notamment 18,9% dans les tlcommunications, 17,6% dans l`nergie, 10,1% dans le commerce, 8,1% dans la mtallurgie, et 15,2% dans les services. La prsence de 37 parcs industriels rpartis dans toute la Roumanie, et couvrant la plupart des secteurs de l`conomie, est vue comme un lment significatif par le gouvernement Roumain dans sa promotion des IDE. Toutes ces mesures ont accrut la confiance des investisseurs trangers et ont rendu la Roumanie attractive aux IDE. Les chiffres de la croissance du PIB ainsi que les indicateurs macroconomiques tels que la production industrielle, les exportations, et la consommation depuis 2003, ainsi que la perspective d`intgration a l`union europenne sont des signes encourageants pour les investisseurs. Ainsi en 2003, 1,574 Mds USD d`investissements ont t raliss en Roumanie, ce qui reprsente une hausse de 37,5% par rapport a 2002. Les chiffres du premier semestre 2004 confirment cette tendance avec + 60% par rapport premier semestre 2003. Dans l`nergie, la privatisation de Petrom en juillet 2004, et dans le domaine bancaire le reglement dbut 2004 de la cession a la BERD et a la SFI de 25% de la BCR acte en 2003, devrait amener le flux des IDE a dpasser les 2 milliards d`USD en 2004. Au 30 juin 2004 le stock d`IDE reprsentait 11,2 Mds USD. Mais bien que la Roumanie soit le premier des PECO a franchir la barre symbolique des 10 Mds d`USD en stock d`IDE, ramen par habitant, cela ne reprsente que 450 USD d`IDE par an et par habitant, ce qui reste infrieur aux pays nouvellement entrs dans l`union europenne. Le taux d`inflation est pass de 40,7% en 2000 a 14,1% en 2003, avec une baisse de plus de 10% chaque anne. Malgr la rcession globale, les flux d`IDE ont augment en Roumanie en 2003. Les donnes statistiques de l`UNCTAD dans le Rapport d`Investissements Mondiaux en 2003 placent la Roumanie en premiere position parmi les pays de la rgion, par le flux des IDE, suivie par la Croatie, ces deux pays dpassant la valeur de 3 milliards USD pendant les annes 2002 et 2003. Parmi les investisseurs, l`Union Europenne tient une place privilgie : selon le registre du commerce Roumain, 60% des IDE en Roumanie proviennent de cette zone, en particulier de France, d`Italie, d`Allemagne et d`Autriche. Bibliographie 1.David Chelly, Financements internationaux et gopolitiques en Europe de l'Est, CESEM 4e anne, 27 et 28 avril 2004 2.Olga Armantsova, Investissements trangers et politique promotionnelle en Roumanie 3.Le monde diplomatique 4.Agence Roumaine d`Investissements Etrangers

Textul de mai sus reprezinta un extras din "REFERAT FRANCEZA: INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS EN ROUMANIE". Pentru versiunea completa a documentului apasa butonul Download si descarca fisierul pe calculatorul tau. Prin descarcarea prezentei lucrari stiintifice, orice utilizator al site-ului www.studentie.ro declara si garanteaza ca este de acord cu utilizarile permise ale acesteia, in conformitate cu prevederile legale ablicabile in domeniul proprietatii intelectuale si in domeniul educatiei din legislatia in vigoare.

In cazul in care intampini probleme la descarcarea fisierului sau documentul nu este nici pe departe ceea ce se doreste a fi te rugam sa ne anunti. Raporteaza o eroare

Important!

Referatele si lucrarile oferite de Studentie.ro au scop educativ si orientativ pentru cercetare academica.

Iti recomandam ca referatele pe care le downloadezi de pe site sa le utilizezi doar ca sursa de inspiratie sau ca resurse educationale pentru conceperea unui referat nou, propriu si original.